Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > Nos Actualités 2019 > Rencontres Internationales 2019 > A la découverte de l’INSTITUT FRANÇAIS - ESTONIE à Tallinn
Publié : 18 novembre 2019

A la découverte de l’INSTITUT FRANÇAIS - ESTONIE à Tallinn

COMPTE-RENDU DE VISITE du Jeudi 7/11/2019.

Une délégation du CSF, composée de Jean-Pierre Chiaverini, Président, Christine Delécluse, Secrétaire générale, Dominique Caillet, Vice-président Prospective et animation du réseau des correspondants et Annie Clément-Caillet Chargée de mission Communication, a été reçue à l’Institut Français d’Estonie par Madame Virginie Philibert, Attachée de coopération pour le français à l’ambassade de France à Tallinn.

Madame V.Philibert, Directrice adjointe, nous a présenté l’institut français en Estonie, situé à Tallinn, Capitale de l’Estonie, son activité ainsi que les enjeux du français en Estonie.

L’Estonie qui compte 1,3 million d’habitants, a retrouvé son indépendance en 1990, a intégré l’Union Européenne, le premier mai 2004 et est dans l’espace Schengen depuis décembre 2017 et dans la zone euro (sa monnaie l’euro depuis 1er janvier 2011).

ACTIVITÉS de L’institut Français en Estonie, (ife) : l’IFE est un service du Ministère des affaires étrangères français, financé au niveau central, pour promouvoir la culture française à l’étranger. Il relève de l’ambassadeur au niveau local. L’institut reçoit 1000 inscriptions d’estoniens par an, offre un accueil, rue Kuninga 4, dans des locaux ouverts, dont des salles de lecture d’ouvrages en langue française dans une ambiance francophone. Il emploie du personnel estonien francophone, adapté pour faire le lien entre les deux langues.

L’IFE organise, dans le cadre du mois de la Francophonie, principalement une journée de la langue française, en école autour d’un thème, organisée avec les professeurs, les élèves et l’aide des pays francophones, Canada, Suisse, ... exemple : le Canada finance le bus pour le déplacement. En 2020, un festival de théâtre sera organisé avec un concours dans les écoles. Une association dédiée « les petits francophones » mène des actions à destination des enfants de 2,5 à 15 ans. Il y a des olympiades de dictées avec une finale au niveau des pays nordiques. Dans son ressort, l’ambassade de France invite ses partenaires pour le 14 juillet, le beaujolais nouveau et dans une opération Goût de France.

La présence française en Estonie : Il y a environ 1000 français en Estonie, y compris les étudiants « ERASMUS » .

Quelques groupes industriels sont présents, Renault, PSA et Saint Gobain. Mais peu d’autres entreprises françaises.

- L’enseignement du français LVE en ESTONIE : Le français est la 4ème langue enseignée à l’école en Estonie. La réforme de 2014 généralise l’apprentissage de l’estonien pour les russophones, qui choisissent l’apprentissage de l’anglais au détriment des autres langues. Du fait de l’évolution démographique, il y a une baisse du nombre d’élèves, mais le français est stable alors que l’allemand est en baisse. Il existe un lycée français estonien avec le français comme première langue, ce lycée est privé et hors système français. Beaucoup d’établissements enseignent le français LVE en seconde langue, après l’anglais, et cela représente 4500 élèves. 600 élèves passent le diplôme de fin d’études chaque année, chiffre en croissance continue.

- Enseignement supérieur : Il y a 3 implantations d’universités : Tallinn, Tarku et Narva (antenne de Tallinn). L’université est gratuite et il y a peu de départs à l’étranger pour des études, sauf pour la médecine en Allemagne. L’Estonie est très numérique pour le social mais pas pour l’enseignement, car il manque une image valorisante.

Les universités françaises sont assez demandeuses en matière d’échanges (Amiens, Nîmes, Versailles, Toulouse) plus que les rectorats ou les structures ministérielles.

- Échanges franco-estoniens : Il y a peu d’échanges commerciaux entre la France et l’Estonie.

Toutefois, beaucoup de diplomates apprennent le français, notamment par rapport à l’image culturelle de la France. Cela a été le cas pour la présidence tournante de l’Union européenne par l’Estonie en 2014, pour laquelle l’OIF a engagé des crédits pour former les fonctionnaires estoniens au français. L’Estonie est un membre observateur au sein de l’Organisation internationale de la francophonie.

Il y a des jumelages entre villes estoniennes et françaises (cf Tallinn avec Carcassonne), mais pas Tartu avec 30% de russophones. Le pays partage ses frontières avec la Russie sur son flanc est.

Il existe 1 chambre de commerce franco-estonienne, dont un volet de l’activité est de promouvoir la Francophonie en Estonie,(situé à MTÜ Prantsuse Kaubanduskoda Eestis Pikk tn 9, Tallinn 10123, Estonia). On pourra visiter son site internet : http://ccfe.ee

- Évolution économique estonienne : Il y a peu d’immigration de travail, essentiellement des ukrainiens et des biélorusses, sauf chez les étudiants (turcs et indiens) et dans les entreprises numériques (indiens). Il y a un attrait certain pour l’anglais, car l’estonien est difficile à apprendre.

Le niveau de vie est élevé, l’inflation est importante, la population va vers les villes pour trouver du travail. Le pays tente une politique nataliste pour financer son système social, au prix d’une concentration sur les métropoles en expansion.

- Evolution culturelle nationale : Le pays est très tourné vers la culture, la langue, la danse et le chant.

La digitalisation (ex. carte numérique personnelle, e-résidence) et la préservation de l’environnement (ex. forêts, lacs, le pays est composé d’un archipel de plus de 1 500 petites îles situées dans la Baltique) sont des thèmes promus nationalement, ils constituent des sujets d’avenir de coopération possible dans les domaines de la Robotique, des technologies IA.

N.D.L.R. : World Clean Up Day est un mouvement mondial, lancé par l’association à but non lucratif Let’s do it Fundation (a été créée en 2008 en Estonie) ayant pour objectif la lutte contre la pollution à travers des nettoyages citoyens.

Conclusion : la francophonie tient plus par son image culturelle que par sa présence économique dans ce pays en devenir confronté aux influences stratégiques Ouest-Est.

Compte-rendu fait par Dominique CAILLET VP Animation des Correspondants et prospective du CSF et JP CHIAVERINI, Président.