Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > La francophonie : Culture et Loisirs > OIF : Louise Mushikiwabo, la nouvelle SG, une femme d’expérience à la tête de (...)
Publié : 12 octobre

OIF : Louise Mushikiwabo, la nouvelle SG, une femme d’expérience à la tête de la Francophonie

Le 12 octobre 2018, la conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la Francophonie a tranché, à l’occasion du 17e sommet de la francophonie organisé par l’Organisation internationale de la francophonie, à Erevan en Arménie. Ce sera Louise Mushikiwabo qui sera la prochaine Secrétaire générale de la Francophonie, pour la période 2019-2022. Elle a été élue par consensus, comme le veut la tradition de l’Organisation depuis sa création en 1970.

Louise Mushikiwabo, pour la Francophonie.

Pour faire connaissance avec LM, consultez son site internet : http://louisemushikiwabo.com

Louise Mushikiwabo est l’actuelle ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Communauté de l’Afrique de l’Est de la République du Rwanda. Auparavant, elle a été ministre de l’information du gouvernement du Rwanda.

Sa candidature au poste de Secrétaire général de la Francophonie est annoncée en mai 2018, fortement soutenue par son pays d’abord, puis endossée par l’Union Africaine lors du dernier Sommet des Chefs d’Etat tenu à Nouakchott en juillet 2018. Forte de son expérience de près de 10 ans à la tête de la diplomatie rwandaise, Louise Mushikiwabo compte mettre ses compétences et son large réseau, au service de la défense des valeurs de la Francophonie, mais aussi et surtout, à la valorisation de l’Organisation sur l’échiquier mondial, ainsi qu’à la promotion d’une Francophonie économique tangible. Dans l’exercice de ses fonctions, le fait d’écouter et d’aller vers les autres sont de précieuses qualités qui lui ont beaucoup servi et qu’elle souhaite désormais mettre au profit de la grande famille francophone, dans toute sa diversité.

Mes priorités : Tout en poursuivant la défense et la promotion des valeurs de l’Organisation internationale de la Francophonie, qui sont universelles, je compte dédier mon mandat à la recherche de solutions concrètes face aux problématiques qui sont communes à tous les Etats et gouvernements membres.

Mon projet pour l’OIF s’articule autour des quatre axes suivants :

- Le rayonnement de la langue française

- La pertinence de la Francophonie

- L’emploi des jeunes

- L’échange de bonnes pratiques

Retrouvez son discours d’acceptation de la nouvelle SG désignée, de la Francophonie | Erevan, sur youtube :

https://youtu.be/un-HIxSD-MM


Rappel du rôle du Secrétaire général de l’OIF

Il/Elle assure un lien direct entre les instances et le dispositif opérationnel de la Francophonie. La Charte le désigne comme la "clé de voûte du dispositif institutionnel de la Francophonie". Il est responsable du secrétariat des sessions des instances de la Francophonie, il préside le Conseil permanent de la Francophonie (CPF) qu’il réunit, et il siège de droit à la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF). Le Secrétaire général est élu pour quatre ans par les chefs d’État et de gouvernement. Son mandat peut être renouvelé.

Le Secrétaire général dirige l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont il est le représentant légal. Il nomme l’Administrateur de l’OIF qui exerce ses fonctions par délégation. L’OIF est le pivot du système multilatéral francophone, associant le pouvoir d’initiative politique du Secrétaire général aux actions de coopération.

Le Secrétaire général conduit l’action politique de la Francophonie, dont il est la porte-parole et le représentant officiel au niveau international. Dans le domaine de la coopération, il est responsable de l’animation de la coopération multilatérale francophone et préside à ce titre le Conseil de coopération qui regroupe l’Administrateur de l’OIF et les responsables de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et des opérateurs spécialisés (AUF, TV5, AIMF, Université Senghor). Le Secrétaire général est représenté dans les instances des opérateurs.

Le Secrétaire général propose la répartition du Fonds multilatéral unique et ordonne son affectation.