Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > Archives Projets 2016 > Manifestations internationales 2016 > Sur les traces de Jacques CARTIER (1491-1557) ou Samuel de CHAMPLAIN (vers (...)
Publié : 15 décembre 2016

Sur les traces de Jacques CARTIER (1491-1557) ou Samuel de CHAMPLAIN (vers 1570-1635)

Un peu d’histoire pour commencer : Explorations françaises en Amérique du Nord

Désirant profiter des richesses du Nouveau Monde, François 1er, roi de France, ordonne que les explorations françaises en Amérique du Nord s’intensifient. Il choisit Jacques Cartier pour ce nouveau voyage. Sa mission est de découvrir de nouvelles terres où l’on raconte que l’or et les métaux précieux abondent. Cartier doit également tenter de découvrir un passage navigable vers la Chine. Comme d’autres explorateurs européens partis à la recherche du passage pouvant les conduire jusqu’en Chine, Jacques Cartier butte sur l’Amérique du Nord. Il y rencontre des Autochtones qui désignent ces terres sous le nom de « Canada ». La Nouvelle-France commence au début en 1604 alors que le Sieur de Monts secondé par le cartographe Samuel de Champlain et accompagné d’environ 75 hommes quittent la France et s’installent dans la petite Île Ste-Croix, à la frontière actuelle du Nouveau-Brunswick et du Maine. Après l’Acadie, c’est dans la vallée du fleuve Saint-Laurent que les Français fondent une « Nouvelle-France ». Les explorations sur le nouveau territoire se multiplient favorisant le développement de nouvelles possibilités commerciales, la création de villes et de postes où s’installent les colons français et leurs descendants. Vers le milieu du 18e siècle, la Nouvelle-France est à son apogée et s’étend de l’Acadie jusqu’aux Rocheuses et de la Baie d’Hudson jusqu’au Golfe du Mexique. Si certains Français sont venus pour s’enrichir et trouver la gloire au profit du roi de France, d’autres sont venus « semer un monde nouveau » et « une nouvelle nation ». La Nouvelle-France cesse d’exister après la conquête de 1760 et sa cession définitive à l’Angleterre est confirmée lors de la signature du traité de paix de Paris en 1763. Enfin, la France vend la Louisiane aux États-Unis en 1803, sous Napoléon Bonaparte.

Quant à Samuel de Champlain, Né à Brouage en Saintonge, est géographe et explorateur. En 1602, le roi Henri IV lui confie la mission d’explorer la Nouvelle-France, d’en étudier les voies fluviales afin d’installer un important comptoir de traite de fourrures. En 1608, Champlain fonde la ville de Québec.


La famille CLEMENT-CAILLET a voulu marcher dans les pas de leur compatriote laonnois, le bien nommé Jacques Marquette (1637-1675) qui à la fin de son noviciat chez les Jésuites de Nancy, s’embarqua pour la Nouvelle-France en 1666. Il étudia alors le Montagnais et d’autres langues autochtones. Avec Louis Jolliet, il monta une expédition pour aller explorer le Mississipi et il meurt en pleine forêt au retour de ce périple, en 1675.

Le pré-tour au Congrès Mondial JCI 2016, nous a conduit à TORONTO, sur le lac Ontario, aux chutes du NIAGARA, OTTAWA, la capitale de la Confédération canadienne, MONTREAL et enfin QUEBEC City du 22 au 29 Octobre 2016.

En bref, Le Québec est une province du Canada, dont la capitale est Québec City et la principale métropole Montréal. Sa langue officielle est le français. Population : 8,215 millions (1 juil. 2014) Superficie : 1,667 million km²


Participation au CONGRES MONDIAL JCI 2016

Nous avons rejoint le Dimanche 30 Octobre, nos amis du CERCLE DES SOLIDARITES FRANCOPHONES lors de la cérémonie d’ouverture accueillant quelque 2900 délégués venus de 96 pays et la soirée du Canada qui a suivi avec dégustation de tire d’érable sur neige durant la soirée et ambiance festive québécoise, au Centre des congrès de la ville de Québec.

Lundi matin, le "JCI morning show" mettait en lumière Alexandre BILODEAU, double champion olympique en ski de bosses, l’après-midi la parole était donnée à Irina BOKOVA, Directrice générale à l’UNESCO qui a tenu à rappeler aux jeunes congressistes qu’ils étaient capables de faire bouger les choses et qu’il était primordial de croire en eux.

Nous avons croisé le chemin de la délégation haïtienne sans toutefois conclure une réelle coopération, le pays étant encore sous le coup des dégâts causés sur les régions du sud et du sud-ouest de l’île par l’ouragan Matthew le 4 Octobre dernier.

Nous avons également partagé un moment avec Victorien TOUGOUMA, sénateur JCI du Burkina Faso, avec de futurs projets de coopération francophone au profit d’écoliers du village dont il est maire et également grâce à l’élection de son "filleul" Oumar OUEDRAOGO, au poste de vice-président JCI 2017.

Le Mardi 1er Novembre, c’est Kadi Kenk, responsable des partenariats pour le projet de la fondation Let’s Do It ! (http://letsdoitfrance.org/) qui nous a sensibilisé au tri et collecte des déchets, et pourquoi pas participer à une journée mondiale de nettoyage en 2018. Nous avons pu assister, l’après-midi au championnat JCI de débat en français, qui nous nous a rempli d’amusement où 5 équipes de 3 personnes discouraient, argument contre argument tantôt positif, tantôt négatif. Les finalistes défendaient les couleurs de la Belgique et du Canada. Les Canadiens ont gagné la partie. Le dîner des Sénateurs JCI s’est tenu dans la salle de bal du Château Frontenac, où 900 convives ont tout particulièrement pu apprécier le décor et les mets servis. La journée s’est achevée par la soirée du Japon, au centre de Foires.

A l’occasion de la soirée du "GLOBAL VILLAGE" le Mercredi 2 Novembre soir, nous avons revêtu nos tee-shirts du CSF et sommes partis à la rencontre de francophones. Et avons pu danser sur les chansons de Tennille Amor, la chanteuse, auteure-compositrice et co-fondateur d’E.P.I.C. "Everyday People Initiating Change" (http://tennilleamor.com/bio/) (www.epicthemovement.org).

Jeudi 3 Novembre 2016, à l’initiative de D.CAILLET, notre délégation s’est rendue à l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD) qui fait l’objet d’un article spécifique (http://cerclesolidaritefran.free.fr/spip.php ?article351). En soirée : cérémonie des récompenses et des TOYP JCI 2016. Cette année, les actions de JCI ont été inspirées par la thématique Peace is possible, qui représente à merveille les valeurs de l’organisation dans un contexte géopolitique instable.

Le Vendredi 4 Novembre à midi, un déjeuner débat était organisé en présence de l’intervenant Chris Hadfield, Astronaute, premier canadien Commandant de la Station spatiale internationale (2013).

A 20h, Soirée de gala de clôture au centre des Congrès.

Chaque jour, des formations en français étaient proposées, au titre énigmatique comme : Comment pitcher avec succès ? A été proposé également l’Atelier de résolution de problèmes pour la Paix qui a donné lieu à de nombreux échanges.

Vous souhaitez participer au Congrès mondial l’année prochaine ? En savoir plus sur le Congrès mondial 2017 de la JCI à Amsterdam, aux Pays-Bas, du 6 au 10 novembre ! http://jciwc2017.com/

Notre séjour a été agrémenté par des visites : l’hôtel du Parlement du Québec et au Parc de la Chute-Montmorency à 12 km au Nord du Vieux-Québec. Nous nous sommes également rendus au Sud à un lieu nommé Cap-Rouge, Quebec par Henry Richard S. Bunnett, 1886Le Cap-rouge, avec sa colonie de Charlesbourg-Royal, est le plus ancien lieu d’établissement européen en Amérique du Nord (de 1541 à 1543, Jacques Cartier y fonde un petit village) et avons effectué une traversée du Saint-Laurent (qui relie les Grands Lacs de l’Amérique du Nord à l’océan Atlantique au Canada sur 3000 km) pour en apprécier sa largeur et pour rejoindre la ville de Lévis sur l’autre rive du fleuve rebaptisé "la mer" par les locaux. Un beau point de vue vous attend et vous fait comprendre comment les Britanniques ont battu les Français sur les « plaines d’Abraham », promontoire naturel le long de la rive nord, marquant la bataille du 13 septembre 1759 qui est un moment décisif de la guerre de Sept Ans et de l’histoire du Canada. Une force d’invasion britannique, menée par le général James Wolfe, bat les troupes françaises dirigées par le marquis de Montcalm et les oblige à céder la ville de Québec aux Britanniques. Les deux commandants en chef meurent de blessures subies lors de la bataille. Les Français ne reprennent jamais la ville et perdent la Nouvelle-France en 1760. À la fin de la guerre, en 1763, la France cède aux Anglais plusieurs colonies, dont le Canada.

Et pour terminer nous avons visité le musée de l’Amérique Francophone, situé au cœur du Vieux-Québec. Le Musée propose des expositions sur l’histoire coloniale de l’Amérique, l’évolution de la culture francophone en Amérique du Nord et à l’étranger ainsi que sur l’effervescence des métiers d’arts au Québec.


Pour consulter le rapport du Congrès en anglais, allez sur le lien : https://issuu.com/pedrozaraza/docs/2016_jci_world_congress_report

PDF - 1.9 Mo
article JCI sur le congrès mondial 2016

Et retrouvez ci-joint l’article JCI : Congrès mondial 2016 de la JCI : Unir les citoyens du monde dans un but commun. Site : http://www.jci.cc/fr