Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > La francophonie : Culture et Loisirs > Bonne fête du 1er MAI !
Publié : 1er mai 2014

Bonne fête du 1er MAI !

La journée du 1er mai s’est nettement démarquée des autres jours fériés. Le calendrier mondial ne manque pas de recenser cette date symbolique en tant que « Fête du muguet et du travail », presque partout en Europe (à l’exception notamment de la Suisse et des Pays-Bas) mais aussi en Amérique, en Afrique de l’Ouest et du Sud et au Japon. Dans l’imaginaire collectif, elle marque le déferlement historique des organisations syndicales et des mouvements ouvriers dans la rue, prêts à se battre pour leur cause. Nous ne sommes pas loin du compte...

Car la journée du 1er mai surplombe un passé conflictuel au cours duquel le prolétariat a acquis un droit sacré. Le choix de la journée du 1er mai et du muguet en qualité de symbole national n’est en rien un hasard. Ses origines remontent jusqu’au Moyen-Age en France, et à la fin du XIXe siècle aux États-Unis.

Des symboles devenus traditions : Le muguet est devenu une tradition, tirant sa révérence au roi Charles IX. Ce dernier ayant reçu un brin de muguet en guise de porte-bonheur, le 1er mai 1561, il décida d’en offrir tous les ans aux dames de la cour. Tradition qui s’est perpétrée jusqu’à aujourd’hui, alors que l’Amérique connaîtra une histoire parallèle.

Le 1er mai 1886, Chicago résonna aux pas de 400 000 salariés lors de la grève relative à la journée des 8 heures. Là-encore, la date de la manifestation ne fut pas choisie au hasard : il s’agissait du « moving day », jour de comptabilité pour les entreprises américaines. Bon nombre d’entreprises se sont vues paralysées par les mouvements de contestations.

Revendications politiques et manifestations se sont alors ensuivies dans l’Hexagone, avec le congrès de la 2ème Internationale socialiste à Paris, et le déploiement de triangles rouges symbolisant dans les années 1890 la triple revendication de 8 heures de travail, 8 heures de sommeil et 8 heures de loisirs.

Mais c’est l’année 1936 qui vit l’émergence des plus importantes manifestations à l’origine de l’arrivée au pouvoir de Léon Blum, figure emblématique du Front populaire. Le gouvernement ne manqua pas de faciliter les conditions de vie et de travail, notamment avec les congés payés et la reconnaissance du droit syndical.

Durant l’occupation allemande, le régime de Vichy a vu une opportunité en désignant le 1er mai comme « Journée du Travail et de la Concorde sociale ». Une mesure reprise en 1947 par le gouvernement issu de la libération.

Mai 1968 : La CGT lance un appel à manifester dans les rues de Paris après une période de quinze ans d’interdiction de défiler.

Depuis, le 1er mai est le jour de l’année obligatoirement chômé, autrement dit férié et rémunéré. Le muguet fait encore son effet auprès de la population française.

article issu du site http://www.ladepeche.fr


En Afrique, la fête du travail est synonyme de manifestation, de rassemblement autour d’une cause commune. L’occasion pour les travailleurs de remettre leurs cahiers de doléances à leurs dirigeants.

Je vous invite à lire l’article qui délivre le message de Mr le ministre burkinabè de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, Vincent Zakané, à l’ensemble des travailleurs du Burkina à l’occasion de la fête du travail, qui sera célébrée ce 1er mai 2014. http://burkina24.com/news/2014/05/01/1er-mai-2014-le-ministre-zakane-invite-les-syndicats-a-sinvestir-davantage-dans-la-negociation-des-conventions-collectives/

Quelles que soient vos motivations de cette journée de repos, Jean-pierre, Martine et Christine vous souhaitent "une joyeuse fête !".