Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > La francophonie : Culture et Loisirs > FESPACO 2013
Publié : 3 juin 2013

FESPACO 2013

Le FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) est un des plus grands festivals africains de cinéma. Il se déroule tous les deux ans à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

L’objectif du festival est de :
- favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain,
- permettre les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel,
- contribuer à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation.

La 23e édition, placée sous le thème : "Cinéma et politiques publiques en Afrique", s’est tenue du 23 février au 2 mars 2013. Pour cette édition, la première dame du Burkina Faso, madame Chantal Compaoré, a été désignée comme marraine officielle et madame Alimata Salambéré, membre fondateur du Fespaco, est l’invitée d’honneur du festival. Le pays à l’honneur est le Gabon. Les films sélectionnés pour la compétition officielle ont été révélés le 21 janvier 2013, ils sont au nombre de 101 et 35 pays sont représentés. Les femmes sont à l’honneur pour cette édition puisqu’il n’y a que des présidentes à la tête de chaque jury.

Le FESPACO 2013 aura été marqué par la Déclaration solennelle de Ouagadougou proclamée par 6 pays lors du colloque sur le "Cinéma et politiques publiques en Afrique" et dont le but est de doter le cinéma africain d’une "force de frappe". Enfin, Djamila Sahraoui (Algérie), est la première femme à se voir décerner un Étalon (d’argent) depuis la création des récompenses en 1972 pour "Yema (Ourdia avait deux enfants)".

À l’issue de ce festival, des réformes majeures ont été annoncées par le délégué général du FESPACO, Michel Ouedraogo. Tout d’abord, l’accès à la compétition officielle pour les films de la diaspora. Ensuite une revalorisation des primes pour les lauréats (les primes pour les Étalons seront doublées). Et enfin, suite à la polémique (quatre des vingt films en compétition ont été exclus car non présentés en 35 mm) qui aura ébranlé cette édition, les films au format numérique pourront intégrer la compétition long métrage.

Le palmarès 2013 :
- Longs Métrages : Étalon d’Or de Yennenga : "Tey" (aujourd’hui) d’Alain Gomis (franco-sénégalais). Son film, qui a fait "l’unanimité" au sein du jury des longs métrages, raconte la dernière journée d’un homme qui sait qu’il va mourir et erre dans Dakar. Le personnage principal est interprété par l’Américain Saul Williams, acteur et surtout musicien venu du hip hop et connu pour sa verve de slameur. Son rôle quasi mutique lui vaut le prix d’interprétation masculine. L’actrice franco-sénégalaise Aïssa Maïga tient d’autre part l’un des rôles principaux. "Moi qui suis fait de morceaux de Guinée-Bissau, de France, de Sénégal, je suis très heureux et très fier de pouvoir apporter le premier Etalon d’or au Sénégal. La richesse du cinéma africain, aujourd’hui, c’est sa diversité".

- Courts métrages et film des écoles : Poulain d’Or de Yennenga : "Les souliers de l’Aïd" d’Anis Lasoued (Tunisie)
- Documentaires : Premier Prix du Documentaire : "Même pas mal" de Nadia Elfani (Tunisie)
- Télévision Vidéo : Prix de la Meilleure Œuvre de Série TV/ VIDEO : "L’œil de la cité" de Samantha Biffot (Gabon)

+ 24 Prix spéciaux dont celui de l’OIF = Prix « Talents émergents » (2.295.000 FCFA + Trophée) : « La main gauche » du marocain Fadil Chouika

- Prix de la meilleure interprétation masculine : Saul Williams dans un "Tey" (aujourd’hui) d’Alain Gomis (Sénégal)
- Prix de la meilleure interprétation féminine : Mariam Ouedraogo dans "Moi, Zaphira" d’Apolline Traoré (Burkina Faso)

A noter également que le "Prix Graine de Baobab" décerné sur le thème de l’enfance, par un jury composé d’enfants du Centre WAMDE (2 millions FCFA + Trophée) et parrainé par l’Alliance francophone a été remis à Zalissa Zoungrana-Babaud (Burkina Faso) pour : "Zamaana" (Il est temps !). Cette réalisatrice, lauréate du Prix 2013, a été invitée à Paris par le Président de l’Alliance Francophone Jean R. Guion, et a honoré le Conseil d’Administration de sa présence le 24 mai 2013 au Palais du Luxembourg. Une projection de son film est prévue à l’automne.

Pour suivre au jour le jour la vie de l’Alliance Francophone, qui a pour ambition de participer par tous les moyens, tant en France qu’à l’étranger, à la promotion et au rayonnement des valeurs véhiculées par la langue française, merci de consulter le site : www.alliance-francophone.org

Autre Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_panafricain_du_cin%C3%A9ma_et_de_la_t%C3%A9l%C3%A9vision_de_Ouagadougou