Cercle des Solidarités Francophones

Vous êtes ici : Accueil du site > Archives Projets 2012 > Rencontres Internationales 2012 > Le CSF à MONASTIR / SOUSSE les 1er & 2 Novembre 2012
Publié : 14 novembre 2012

Le CSF à MONASTIR / SOUSSE les 1er & 2 Novembre 2012

Bonjour les amis, voici mon carnet de voyage en Tunisie chez les amis Toumi que je remercie vivement pour leur accueil et leur engagement. jpc vue de Monastir

"Le Président du CSF s’est rendu à Monastir et Sousse (Tunisie) les 1er et 2 novembre 2012 pour apporter le soutien et la solidarité de l’Association aux initiatives locales de défense et promotion de la francophonie dans un pays où la menace de dégradation de la langue française grandit chaque jour.

Jeudi 1er novembre, Hayet TOUMI et Jean-Pierre Chiaverini se sont rendus à la Faculté de Médecine de SOUSSE pour rencontrer le Doyen honoraire, le Professeur Bechir BEN HADJ ALI, et le Doyen, le Professeur Ali MTIRAOUI. Les Doyens ont présenté leur projet de faire de la Faculté de Médecine de SOUSSE en TUNISIE l’homologue francophone de l’Université Senghor d’Alexandrie en Egypte, qui se trouve dans un environnement anglophone ; avec une finalité à la fois de spécificité et complémentarité par rapport à celle-ci. Des démarches sont en cours pour trouver des soutiens financiers auprès de la Banque Mondiale, du BIT, etc et une structure d’accueil du type Fondation (exemple : Sousse Bourguiba) avec le soutien de l’OIF et de l’Ambassade de France à solliciter. Le CSF va intervenir auprès de ses contacts et partenaires afin de soutenir ce projet, stratégique pour l’avenir de la francophonie dans l’Afrique subsaharienne dont de nombreux étudiants d’Alexandrie sont originaires et pour les relations avec la Lybie voisine. Le soir, le CSF a participé au premier dîner-débat organisé par la Maison de la Francophonie de Monastir avec l’Association des Echanges Culturels Francophones, toutes deux présidées par Habib TOUMI, et la Jeune Chambre Economique de Monastir présidée par Anes BEN NASR, en présence du Maire de Monastir et d’un de ses adjoints. Jean-Pierre Chiaverini a présenté l’origine, les actions passées, présentes et à venir du CSF, dont la Maison de la Francophonie de Monastir, et répondu aux questions posées par les participants sur la francophonie et l’anglophonie, le rôle de la France, les relations entre culture et affaires, les besoins d’aide en matière de soutien à la francophonie, le rôle et les actions de la Maison de la Francophonie, etc…

La soirée s’est terminée en musique et chansons grâce à Patrick SLAM qui a joué de l’OUD (ancêtre du luth) en accompagnement de la diversité d’expression francophone (Dalida d’origine égyptienne, Brel d’origine flamande, Aznavour d’origine arménienne, Enrico Macias d’origine algérienne, etc… ).

Le vendredi 2 novembre, Jean-Pierre Chiaverini s’est de nouveau rendu à Sousse accompagné de deux inspecteurs de l’Education nationale tunisienne (langue française et langue arabe) pour visiter l’école primaire de la route de Tunis où il a assisté à une partie des cours de français dans 4 classes de 4 niveaux de scolarité différents. Il a pu constater la forte motivation et les très bonnes pratiques pédagogiques des 4 enseignantes ainsi que l’engagement de la Directrice de l’établissement pour le maintien de cet enseignement, les élèves étant également très motivés et participatifs. Un échange autour de très bons gâteaux tunisiens « faits maison » a eu lieu ensuite avec la Directrice, les inspecteurs, les enseignantes, rejoints par certains de leurs collègues, qui a fait apparaître de nouveau les risques de dégradation de la francophonie à travers d’éventuelles remises en question des programmes, la montée de l’arabisation et de l’anglophonie, le manque de soutien de la France et des institutions francophones mais aussi la non réception des chaînes de TV françaises qui limite l’impact de la francophonie à la période et aux lieux de scolarité.

Les acteurs présents ont présenté leurs initiatives en dehors de ce cadre (concours de dictée francophone et festival d’expression corporelle francophone) en relation avec l’Association des Echanges Culturels Francophones dont l’inspecteur de langue arabe est membre et qui a l’ensemble de la Tunisie comme rayon d’action. Le CSF a pris l’engagement de faire remonter cette situation de terrain tant à l’OIF qu’aux autorités françaises afin d’en faire prendre conscience et de susciter des initiatives de soutien et d’action."